L’ingestion de plomb via l’eau du robinet contribue à l’imprégnation du plomb dans l’organisme. En plus d’autres facteurs d’exposition (pollution, peintures dégradées, etc.), le plomb dans l’eau fait partie des causes de saturnisme.
Massivement utilisé jusqu’en 1970, le plomb dans les canalisations est totalement interdit depuis 1995. Ce diagnostic permet de s’assurer que la concentration de plomb dans l’eau consommée est inférieure au seuil fixé par le Code de la Santé Publique.

Êtes-vous concerné ?

OUI, si vous êtes le propriétaire, copropriétaire ou syndic d’un immeuble à usage d’habitation, dont l’installation de distribution d’eau potable date d’avant 1995. Le plomb a en effet été massivement utilisé dans les réseaux d’eau jusqu’aux années 1970. Puis son usage a régulièrement décru jusqu’à son interdiction définitive en 1995.

Les propriétaires, copropriétaires ou syndics étant responsables en cas de présence de plomb dans l’eau consommée, il leur est fortement conseillé de faire réaliser ce diagnostic pour connaitre la teneur en plomb de leurs installations d'eau.

Objectifs

Réaliser une mesure individuelle, chez le consommateur, de la concentration en plomb dans un échantillon d’eau prélevé afin de comparer le résultat obtenu avec le seuil en vigueur dans le Code de la santé publique : 10 μg/l.

En cas de taux supérieur, des travaux de remplacement des canalisations devront être envisagés.

Avantages de notre offre

  • Une équipe certifiée, expérimentée et compétente dans la réalisation des contrôles exigés par la règlementation.
  • Un suivi personnalisé, assuré par un chargé de projet, garant de la bonne exécution de la mission, conformément à nos engagements.
  • Des processus d’intervention éprouvés et fiabilisés.
  • Des rapports uniques, innovants, clairs et adaptés à la compréhension des destinataires.
  • Des compétences transverses (AMO, air, analyses, déchets…) nous permettent de vous accompagner plus loin dans la gestion du risque plomb.

Méthodologie

  • La méthodologie recommandée par la circulaire DGS/SD 7 A n° 2004-45 du 5 février 2004 pour apprécier la situation quant à la présence de plomb dans l'eau consiste à réaliser a minima un prélèvement de 2 litres d'eau après trente minutes de stagnation au moins, sans purge préalable. 
  • Si une ou plusieurs valeurs mesurées dépassent 10 μg/l, il est nécessaire de prévoir une intervention de repérage des canalisations en plomb par un bureau de contrôle compétent. Il appartient alors au propriétaire de décider de la réalisation des travaux de mise en conformité des canalisations dont il a la responsabilité.

Le rapport délivré indique si l’installation est conforme ou non, vis-à-vis de la teneur en plomb mesurée dans l’eau. Le procès-verbal d’analyse du laboratoire est fourni en annexe.

Réglementation

  • Code de la santé publique : articles R. 1321-1 à R. 1321-66.
  • Arrêté du 29 mai 1997 relatif aux matériaux et objets utilisés dans les installations fixes de production, de traitement et de distribution d'eau destinée à la consommation humaine.
  • Arrêté du 31 décembre 2003 relatif aux conditions d'échantillonnage à mettre en œuvre pour mesurer le plomb, (…) dans les eaux destinées à la consommation humaine (…).
  • Circulaire DGS/SD 7 A n° 2004-45 du 5 février 2004 relative au contrôle des paramètres plomb, cuivre et nickel dans les eaux destinées à la consommation humaine.
  • Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine (…).
  • Norme NF P41-021, Janvier 2004 : repérage du plomb dans les réseaux intérieurs de distribution d'eau potable.