Le groupe AC Environnement fête ses 20 ans... 
Nous souhaitons donner à la parole à ceux qui font le groupe, par leur participation et leur implication, et cela depuis le démarrage ou presque. Ils nous racontent leurs souvenirs avec une pointe d'humour que nous vous partageons !
Nathalie NUCCI qui travaille au service "marchés publics" du Groupe se souvient des débuts...

Une entreprise où tout semblait possible


Nathalie NUCCI,
assistante au service marchés publics d'AC Environnement

Bonjour Nathalie, peux-tu nous raconter ton arrivée chez AC environnement ? 
Comme souvent c’est le relationnel qui joue ! J’ai commencé mon parcours professionnel par de l’intérim, puis j’ai intégré un journal local dans lequel j’ai passé 14 ans. Mais de retour de congé parental, je n’y trouvais plus ma place. De son coté, Mireille GUAL qui travaillait déjà chez AC Environnement avait besoin de renfort et m’a proposé de la rejoindre pour la seconder. Et pour être tout à fait honnête, je connaissais aussi Denis MORA, alors je n’ai pas hésité. 
Il y avait une excitation certaine à rejoindre cette aventure qui démarrait, avec des personnes motivées et pour qui tout semblait possible.

Des débuts dans une maison !

Raconte-nous le démarrage…
Nous étions dans une maison et c’était particulièrement amusant… et très actif !
Mon bureau ? Il était sous l’escalier (rire) même si cela n’avait rien à voir avec le placard d’Harry Potter !
Les impressions se faisaient dans la salle de bain où nous avions installé une planche sur la baignoire ! C’est aussi là que nous reliions les rapports des techniciens. Le garage aussi était réquisitionné pour des impressions et pour le stockage de papier !  Seule la cuisine est restée dans sa fonction initiale, celle de la convivialité… souvent autour d’un café !

Les locaux AC Environnement en 2004
Les locaux AC Environnement en 2004

Et côté professionnel ?
Nous avions une approche très locale et essentiellement dédiée à la transaction immobilière. Comme c’était nouveau on découvrait on apprenait et nous nous devions d’être polyvalentes. Nous répondions au téléphone, nous appelions les propriétaires pour caler les rdvs de nos techniciens, et même moi, je m’occupais des remises de chèques avec Didier de la comptabilité !
Puis Mireille a attaqué les marchés publics et je l’ai secondée. C’était une super opportunité pour se développer !

Une évolution exponentielle

Comment as-tu vécu l’évolution du groupe ?
Parfois avec un peu d’appréhension car nous avons vécu des périodes « chaudes » mais en même temps, il a toujours régné une ambiance familiale et bienveillante. Même si oui, à 750 collaborateurs, c’est aujourd’hui un peu différent !
Pendant toutes ces années, on a grossi vite, très vite mais avec une ossature solide et des dirigeants qui nous embarquaient avec « folie » dans l’aventure. Ils étaient avant-gardistes, visionnaires, et le travail s’enchainait. On ne voyait pas le temps passer !  
On était déjà bien développé en Rhône-Alpes puis on s’est « imposé » au niveau national. Ça rend fier quand on sait qu’on est parti de rien dans une maison particulière ! 

As-tu eu des moments de doutes ? 
Jamais ! On était dans une telle dynamique que l’on ne pouvait imaginer le pire ! Il faut quand même avouer que notre marché est dicté par l’État et que la demande est exponentielle ! Et puis la direction de l’entreprise ne nous a pas permis de douter car elle a toujours été à notre écoute et s’est toujours voulu rassurante. 

logo-ac-environnement-2002
Le logo AC Environnement à sa création en 2002

Les réponses aux marchés publics

Revenons aux marchés publics, en quoi consiste ta mission ? 
Contrairement aux actions « privées » où ce sont par exemple les propriétaires qui nous appellent, il s’agit ici des consultations nationales organisées par l’État ou les administrations, les collectivités territoriales. Mon rôle est alors de guetter toutes les propositions de marché, de retirer les dossiers correspondants, de les analyser et les transférer aux agences concernées pour étude et chiffrage. Ensuite, on constitue les dossiers « candidature » et « offre » et surtout on répond en respectant à la fois la demande et le délai ! 

Qu’aimes-tu particulièrement sur ton métier ? 
C’est varié car toutes les demandes sont différentes ! J’aime surtout les contacts que je noue avec les gens de l’extérieur, les bailleurs, les responsables des mairies et avec les interlocuteurs en interne. C’est souvent les mêmes et ça crée des liens !
Et puis répondre aux consultations nationales c’est souvent assez impressionnants et gratifiants ! 

As-tu un projet qui te touche particulièrement ? 
Peut-être celui des ambassades. A la demande du ministère des affaires étrangères, nous avons eu à réaliser les diagnostics des ambassades françaises à l’étranger ! Ils ont eu de la chance, nos techniciens qui sont partis en mission ! 
Oui, on a de belles références mais on intervient aussi sur des petits appartements ! C’est ça qui est chouette !
Et puis, finalement, partout où on passe il y a un peu d’AC Environnement, un peu de notre empreinte ! Cette entreprise est incroyable. En 20 ans, et malgré les embuches, on est passé de 10 à presque 800 collaborateurs ! 

Evolution de l'effectif AC Environnement

Et la suite ?

Et les 20 prochaines années, tu les imagines comment ? 
AC Environnement est jeune et composée de collaborateurs jeunes qui grandissent avec nous, évoluent et apportent des compétences nouvelles alors…. l’avenir est encore très prometteur ! Sans compter que l’État se penche enfin sur des sujets environnementaux pour lesquels nous avons une réelle expertise : l’énergie, la dépollution, …  La rumeur parle aussi de l’international ! Il est vrai que l’on peut s’attendre à des harmonisations européennes en termes de diagnostics et pour sûr que nous aurons de l’avance et saurons répondre à ce marché. 
Mais moi, je ne serais probablement plus là pour voir ça ! Il va me falloir avant la fin des 20 prochaines années tourner cette jolie page de ma vie professionnelle. Cela ne va pas être facile car je vais quitter une « famille » et des amis. Mais… c’est la vie ! 

Un peu de tristesse ? 
Ce côté famille on l’a un peu « perdu » et c’est dans la logique des choses mais pour autant l’affect reste très fort au sein d’AC Environnement. Parlez aux anciens des barbecues, des parties de pétanques ou de l’inauguration du siège à Villerest…. Quand nos équipes finissent en maillot de bain devant tous les notables locaux, notaires et agents immobiliers compris… quelle ambiance ! C’est ça AC Environnement, des gens « simples », accessibles, responsables au travail mais qui savent s’amuser et où la hiérarchie s’efface parfois au profit du partage. 

Et pour terminer, que diriez-vous à ceux qui veulent entrer chez AC Environnement ? 
C’est une entreprise où on peut évoluer, aussi bien géographiquement que coté boulot et ça, ça n’a pas de prix ! 
Enfin, c’est un beau métier, plein d’avenir et qui évolue sans cesse… On ne s’ennuie jamais

Le mot de la fin

Pour terminer, que diriez-vous à ceux qui veulent entrer chez AC Environnement ? 
C’est une entreprise où on peut évoluer, aussi bien géographiquement que coté boulot et ça, ça n’a pas de prix ! 
Enfin, c’est un beau métier, plein d’avenir et qui évolue sans cesse… On ne s’ennuie jamais

Le mot de la fin ?
Sachons rester simple et soyons nous-même !  Ça n’empêche pas l’efficacité, bien au contraire !


Merci Nathalie !


Nathalie NUCCI,
assistante au service marchés publics d'AC Environnement

Et si vous aussi vous tentiez l'aventure AC Environnement ?
Consultez notre page job !