Une croissance vertigineuse, l’histoire vraie d’AC Environnement, racontée par Didier Berger.

Les débuts épiques

Didier Berger,

Responsable Comptabilité chez AC Environnement

 

Bonjour Didier, le groupe AC Environnement fête ses 20 ans… il semble que tu aies fait partie du démarrage, peux-tu nous raconter ?

Après une expérience dans le textile, j’avais accepté un poste chez Dominique Coquard qui gérait une activité immobilière. Je m’occupais de la comptabilité. Quand il a décidé de monter AC Environnement avec Pierre Deroche et Denis Mora, j’ai consacré quelques heures hebdomadaires au suivi de leur activité, la gestion des factures, des frais. Denis à cette époque était le seul technicien, et il faisait les diagnostics en prenant des notes chez les clients avant de retranscrire chez lui, probablement sur un ordinateur fixe ! Nous n’avions pas d’ordinateurs portables ni de tablettes à l’époque ! Alors oui, il a rapidement fait beaucoup de chiffre d’affaires mais beaucoup d’heures aussi !

 

 

Tes débuts à leurs côtés ont été épiques ?

Nous étions une toute petite équipe, une dizaine de personnes, et dans des bureaux de 30 m2, sans les techniciens qui eux étaient sur la route. Puis nous avons investi une maison particulière. C’était amusant, mon bureau était dans une chambre. Le service informatique était dans les combles l’hiver et descendait au sous-sol l’été car il y faisait trop chaud. C’était archaïque mais on démarrait !

Et un jour on s’est positionné sur les marchés publics pour compenser l’activité « particulier » qui tendait à fléchir. Cela nous a permis de nous diversifier tout en restant sur notre métier, les diagnostics.

 

A ce moment-là, tu étais où ?

Moi toujours en comptabilité ! Et l’entreprise était désormais sur Villerest, en région Roannaise. 5 ans après le lancement, nous étions une cinquantaine de collaborateurs. Et puis Stéphane Sanchez est arrivé : il a voulu nous racheter, c’est nous qui l‘avons débauché !  Il fallait assurer et suivre la croissance qui était de l’ordre de 15-20% / an ! On ouvrait des agences, on recrutait !

Une croissance exponentielle

 

Une croissance de 15 à 20 % / an

Quelle a été la (ou les) force(s) d’AC Environnement pour se déployer aussi vite ?

Je pense que notre principal atout a été que nous avons rapidement développé notre propre logiciel informatique pour les techniciens. Un gain de temps et d’efficacité indéniable puisqu’à partir de là, les techniciens faisaient leurs rapports sur place, directement sur tablette. Aussi, nous ne comptions pas nos heures, nous avions le vent en poupe et nous y croyions ! Les associés avaient une énergie incroyable et nous, nous les suivions avec confiance.

Et quand, à partir de 2013, nous avons intégré les laboratoires. Nous étions/sommes les seuls à faire les analyses. Cela nous a donné une avance sur nos concurrents.

AC Environnement créé son propre logiciel informatique métier en 2004

 

Quand tu regardes les 20 années passées, que penses-tu ?

Je n’ai pas vu le temps passer ! C’est allé très vite et on n’avait pas le temps de se poser, de regarder le chemin parcouru. On était parti d’une page blanche… avec rien… et quand j’ai réalisé à un moment que l’on parlait de nous, que l’on comptait sur nous en région, et même au-delà, j’ai pris conscience de la réussite.

Quand je pense que nous sommes désormais plus de 700 collaborateurs ça donne presque le vertige ! Heureusement que la comptabilité s’est structurée (6 personnes actuellement) - NDLR : le service finance a plus que doublé en 10 ans - car au départ, je faisais la comptabilité, la paie, le recouvrement ! En grandissant, l’entreprise s’est équipée d’un service contrôle de gestion indispensable.

 

 

Et les 20 prochaines années, tu les vois comment ?

Coté personnel, je sortirais bien des chiffres mais je ne sais pas forcément pour aller vers quoi. Un second métier ? Pourquoi pas même si j’aime ce que je fais.

Coté AC Environnement, depuis 2 ans, nous sommes en train de nous structurer, de nous « transformer » parallèlement à un ralentissement de notre croissance. C’est parfois déstabilisant mais tellement nécessaire pour bien repartir ! On en verra les fruits très rapidement ! Après je suis sûre que la croissance va redémarrer, notamment avec de nouveaux marchés porteurs comme l’énergie, le BIM, la franchise.

Et la suite ?

 

Et donc si c’était à refaire ?

Je referais sans hésitation ! J’étais présent à l’origine du projet, je suis toujours là… Je pense que j’ai un peu ma part dans la réussite d’AC Environnement. En tout cas, je suis attachée à cette entreprise et aussi à mes collègues avec qui je partage un quotidien plutôt agréable. C’est une belle entreprise et quand je vois sa réussite, je n’ai aucun regret d’en avoir été !

 

.   Merci Didier pour ton témoignage, l'histoire continue...